Programme détaillé

Programme point par point

  • 1- Fin du projet de tramway + SRB (Trambus) et du bureau de projet;
  • 2- Troisième lien à l’Est avec appel d’offre en Amérique du Nord;
  • 3- TRANSPORT : Pour une vraie fluidité de la circulation urbaine!
    • a. Libéralisation et déréglementation des transports sur tout le territoire de la
      ville de Québec;
    • b. Abolition du taxage des parcomètres sur tout le territoire;
    • c. Virage à droite autorisé sur tout le territoire;
    • d. Lumières vertes automatiques à partir de certaines heures le soir sur les
      artères principales;
    • e. Lien direct entre l’aéroport de Québec, le centre-ville de Québec et
      Sainte-Foy – RTC, Uber, autre privé
    • f. Carrefours giratoires efficaces si avantageux (contribuent à augmenter le
      débit et la fluidité)

      • i. Carrefours giratoires optimisés sans trottoirs centraux
      • ii. Campagne de sensibilisation
    • g. Installation de passerelles et/ou tunnels (Ex. : tunnel Dorchester-La
      Couronne) et fin des traverses de piétons pour les grandes intersections
      et traverses de boulevard
    • h. Crédit de taxes pour les entreprises d’une certaine taille qui encouragent
      le travail à la maison
    • i. RTC
      • i. Révision de l’utilisation des corridors d’autobus – voies Express
      • ii. Périodes SANS corridor d’autobus sauf grands événements après
        l’année scolaire;
      • iii. Permission pour les camions de livraison de six roues et plus
        d’utiliser les voies réservées
      • iv. Suppression de certaines sections de corridors d’autobus
      • v. Projet pilote 1 an : gratuité totale pour tous les usagés
        • 1. Le RTC a déjà accès à 285 millions du PTI 2016-2018.
          L’utilisation du Fond Vert pourrait être utilisée pour l’achat
          d’équipements neufs pour améliorer l’offre.
        • 2. Obligation pour la direction du RTC d’augmenter le nombre
          de passagers adultes;
      • vi. Enfin une desserte intelligente: mini bus et autres moyens de
        transports dynamiques à la demande pour les quartiers
        périphériques
      • vii. Appels d’offre pour la PRIVATISATION de certains segments de
        transports en commun
      • viii. Meilleure couverture des parcs industriels par le RTC sinon
        appels d’offres au privé pour desservir ce que le RTC ne peut
        desservir;
  • 4- Réduction dès le premier mandat de la surtaxe des commerçants
  • 5- Gestion Responsable et pragmatisme dans l’application des politiques
    • a. Assainissement important des dépenses à évaluer;
    • b. Plan de la réduction de la dette – révision de l’actuel et fin de la
      croissance de la dette;
    • c. Évaluation des organismes dépendants financièrement de la ville de
      Québec;
    • d. Évaluation de la pertinence socio-économique des projets des artères
      conviviales qui se font au détriment des infrastructures existantes;
  • 6- Intégration et inclusion réelle de la périphérie de Québec
  • 7- Thème de la culture
    • a. Fin des dépenses dans les projets farfelus;
    • b. Plus de place au privé pour animer la vie culturelle et sportive de Québec;
    • c. Les commerçants seront encouragés à créer de nouveaux événements
      en partenariat avec la Ville de Québec;
  • 8- Révision du processus complet du déneigement
    • a. En plus de l’analyse de la gestion, modernisation des équipements de
      déneigement si nécessaire;
  • 9- Développer en priorité les liens d’affaires entre les villes nord-américaines
    • a. Les événements en ligne et les conférences seront privilégiés avant toute
      confirmation de participation en personne à une conférence
    • b. Les équipements audio-vidéo seront modernisés en conséquence
  • 10- Référendum pour les projets de 10 M$ et plus
    • a. Demande d’ouverture des contrats de grande envergure à l’Amérique du
      Nord avec transfert d’expertise et de technologie

Autres éléments à venir…


Grandes orientations

Finances

L’ACQ est en faveur de la diminution des dépenses et des taxes (résidentielles et commerciales).
Le maire Labeaume est devenu maître dans le domaine des dépenses farfelues et frivoles et des projets qui se terminent par des lamentables et coûteux échecs, projets d’ailleurs souvent décidés sur des coups de tête. Même l’amphithéâtre est financièrement structuré pour être chroniquement déficitaire. À ce propos, il est bon de souligner qu’il n’y aura pas de retour des Nordiques de si tôt. La Ligue Nationale n’a jamais démontré d’intérêt réel et le thème d’un retour des Nordiques a été entretenu seulement par les manipulations démagogiques et électoralistes de Labeaume.
Sous l’administration Labeaume les dépenses ont considérablement augmenté. La taxation et l’endettement ont augmenté similairement.
La diminution des dépenses va permettre la diminution des taxes.

L’ACQ est en faveur de l’abolition du taxage indirect via les parcomètres sur tout le territoire.
L’ACQ est en faveur de l’abolition de la taxe de Bienvenue.

Transports

L’ACQ exige la fin du projet SRB et de son bureau de projet SRB.
Le SRB n’avait rien à voir avec les meilleurs intérêts de la population de Québec et Lévis. Le SRB n’avait rien à voir non plus avec des questions relatives à l’automobile en général. Labeaume n’a jamais appliqué son propre plan de mobilité durable de 2011. Le SRB avait tout à voir avec une commande politique pour le service de grands intérêts immobiliers privés.
Lorsque le SRB est devenu une ancre électorale attachée à son cou, Labeaume a semblé l’abandonner, mais les pseudo-consultations publiques bidons ont démontré une claire intention de Labeaume de revenir avec une version modifiée du SRB après l’élection de novembre. Labeaume l’a lui-même affirmé au conseil municipal.

L’ACQ est contre tout projet de tramway.
En 1948, les gens de Québec se sont débarrassé de la dernière ligne de tramway au soulagement général. En effet, les désavantages des tramways étaient importants. Ils étaient lents et une entrave pour les autres formes de transport comme l’autobus et l’automobile. Un nouveau tramway coûterait une fortune et s’accompagnerait d’un retour des désavantages. Sa mise en place nécessiterait des chambardements immobiliers majeurs. Dans le meilleur des cas, il desservirait une partie très limitée du territoire alors que tous devraient payer pour.
Le tramway à Québec est disparu en même temps que les derniers chevaux. Un quelconque projet de tramway représenterait un retour en arrière vers un mode de transport désuet aux inconvénients nombreux.

L’ACQ est en faveur d’un nouveau lien inter-rives.
La traverse de Lévis a connu ses débuts en 1818. Le Pont de Québec a été ouvert au trafic ferroviaire en 1917 et à l’automobile en 1929. Le Pont Pierre-Laporte a été ouvert en 1970. Des nouveaux liens inter-rives sont simplement dans le développement naturel des choses mais un nouveau lien dans les environs des ponts existants, comme seule nouvelle option, aurait comme résultat d’accentuer un effet d’entonnoir et n’offrirait pas de bénéfices notables au plan du développement économique.
L’ACQ est en faveur d’un nouveau lien en surface via l’Ile d’Orléans.
Au-delà des considérations de circulation routière, les avantages seraient considérables pour le développement économique de la région urbaine de Québec, de l’Ile d’Orléans et de l’est de la Province. Les plans de développement du Port de Québec à Rabaska apportent une forte nouvelle motivation.
Un nouveau lien via l’Ile d’Orléans est un projet considérable qui, dans les meilleurs intérêts des payeurs de taxes tant municipaux, provinciaux que fédéraux, nécessite l’ouverture d’appels d’offres à l’échelle de l’Amérique du Nord.

L’ACQ est en faveur d’un nouveau lien direct entre l’aéroport de Québec et les centres-villes.

L’ACQ préconise pour le RTC l’utilisation de minibus pour mieux servir à moindre coût les secteurs et les plages horaires moins achalandés, une meilleure couverture des parcs industriels, et des crédit de taxes pour les entreprises d’une certaine taille qui encouragent le travail à la maison.

Démocratie et Services de Proximité

Conseils de quartier :
L’ACQ est en faveur d’une réforme complète du présent système des conseils de quartier.
Les conseils de quartier devraient être le premier échelon de la démocratie municipale. Ce n’est présentement pas le cas. Les conseils de quartier devraient automatiquement couvrir l’ensemble de la Ville de Québec et avoir des pouvoirs de réglementation et non seulement consultatifs. Ce n’est présentement pas le cas. Des questions comme celles des arbres, pelouses et des animaux domestiques incluant les poules en ville devraient être du domaine réglementaire des conseils de quartier. Les quartiers partiellement agroforestier situés en périphérie n’ont pas la même réalité que les quartiers centraux entièrement urbains.

———————————————-